SCÉNOGRAPHIE, LILLE – FRANCE Scenography of an exhibition for the Pinault Foundation, Lille - France

DONNÉES DATA

MAÎTRISE D’OUVRAGE :
Lille 3000
PROGRAMME : Scénographie des oeuvres de la François Pinault Foundation dans le Tri-Postal à Lille.
SITE : Lille (59), France
DATES: Setp. 2006-Oct. 2007
MISSIONS : BASE loi MOP+VISA +SYN+ SIGNALETIQUE+ MOBILIER+ ECONOMIE
SURFACE : SHON: 5 400 m²
MONTANT DES TRAVAUX : 2M€HT
PROJET: Scenography temporary expostion of the foundation Pinault
CLIENT: François Pinault Foundation
SITE: Lille, France
BUDGET: 2M€ exc. VAT
SIZE: 5.000m²
COMPLETED: October 2007

CRÉDITS CREDITS

MAÎTRISE D’ŒUVRE :
Architecte mandataire : Agence Search.
Commissaire d’exposition : C.Bourgeois
Co-traitants : ACL, Peutz.
Chef de projet : Dorothée KNECHT
TEAM: AGENCE SEARCH – Caroline BARAT et Thomas DUBUISSON (lead architect)
PEUTZ et Associés (acoustician)
BATISERF(Structural Engineers),(Engineers)
PEUTZ et Associés (acoustician)
ACL (Light designer)
PROJECT MANAGER: Dorothée KNECHT
“Passage du temps” 64 œuvres - 39 artistes. Le caractère exceptionnel de la collection François Pinault Foundation associé à la vitalité et l’énergie brute du Tri Postal provoque un contraste fort. Architecture éphémère, la scénographie s’efface devant les œuvres jusqu’à l’épure et propose une mise en scène d’installations qui s’enchaînent et se font échos. L’échelle et la quantité d’œuvres présentées militent pour un découpage thématique. Chaque œuvre ou groupe d’œuvres induit des prescriptions spécifiques des artistes sur sa présentation. Scénographies dans la scénographie ces univers différents créent une diversité qui incite le visiteur à prolonger son expérience sur l’ensemble du bâtiment, à la recherche de sensations et d’émotions inédites. Face à tant d’informations, les entre-deux thèmes sont traités en lumière naturelle, ouverts sur la ville. Espaces de respirations ils constituent une zone de transition où débats, discussions, animations, permettent de se régénérer avant une nouvelle immersion. The exceptional character of the collection of works, allied to the vitality and raw energy of the exhibition venue, is a source of strong contrast.
As befits an ephemeral architecture, the scenography is self-effacing in its service to the art works, proposing a layout of interlinking and spatially echoing installations. The scale and quantity of works on display tend towards a classification by theme. Each work or group of works remains subject to the specific vision of the artists concerning the presentation of their art. As several scenographies within a scenography, each different universe creates a diversity which encourages the visitor to extend his or her experience within the building as a whole, on a quest of discovery of new sensations and emotions. In the presence of so much information, we propose interludes of natural light, open to the city beyond. These are conceived as breathing spaces or transition zones, where debates and discussions can develop, enabling visitors to recharge their batteries before moving on to another moment of immersion.